Les écrivaines médiévales dans le monde

  Une religieuse

   A l’époque médiévale, quelques femmes (presque toujours des religieuses cultivées) écrivirent des ouvrages d’inspiration poétique.

   La plus ancienne semble être l’abbesse saxonne Hrothsavita qui produisit des pièces de théâtre. Elle vivait à l’abbaye de Gaudersheim dans le duché de Saxe. La plus connue de ses pièces est titrée Callimaque. Histoire d’un jeune païen amoureux fou d’une chrétienne, Drusiana. Pour arracher cette dernière à la tentation, Dieu permet qu’elle meure. Callimaque viole sa tombe et s’apprête à étreindre le cadavre quand un serpent le tue à son tour. Mais Dieu les resuscite pour que Callimaque se convertisse : telle est l’apothéose des deux amants sublimés.   

Hrotsvita de Gandersheim — Wikipédia (wikipedia.org)

   L’an Mille suscita au Japon une femme de lettres : Murasaki, dame d’honneur de l’Impératrice du Japon. Elle rédigea Le Roman de Gengi, chronique de la Cour spirituelle et étonnamment moderne.

Murasaki Shikibu — Wikipédia (wikipedia.org)

   Ava l’Autrichienne, au XIIe siècle, est considérée comme la première poétesse de langue allemande. Elle vivait en ermite à Göttweig et a laissé trois beaux poèmes : La Vie de Jésus-Christ, L’Antéchrist et Le Jugement dernier.

Ava von Göttweig — Wikipédia (wikipedia.org)

   Sainte Hildegarde de Bingen, au XIIe siècle, fut appelée « la Sybille du Rhin ». Grande abbesse, conseillère du papa et de l’empereur Barberousse, elle écrivit un certain nombre d’ouvrages mystiques.

Hildegarde de Bingen — Wikipédia (wikipedia.org)

      Herrade de Laudsberg au XIIe siècle composa Le Jardin des délices à l’intention des novices.

Herrade de Landsberg (1125 ? – 1195) | Institut Iliade (institut-iliade.com)

   Mechtilde von Magdeburg (XIIIe siècle) fut considérée comme la plus grande poétesse allemande

Mathilde de Magdebourg — Wikipédia (wikipedia.org)

   Elsbeth Stagel, au début du XIVe siècle, écrivit La Vie des Sœurs de Töss, qui évoque toute la vie d’un monastère.

Elsbeth Stagel — Wikipédia (wikipedia.org)

   En France, avant Christine de Pisan et Marie de France, deux abbesses, Marguerite de Duyon et Agnès d’Harcourt, innovèrent en s’essayant timidement à écrire en français et non en latin.

Agnès d'Harcourt — Wikipédia (wikipedia.org)

* * * 

 

écrivaine Moyen Age religieuses

×