« Connaître sert beaucoup pour inventer. » (Mme de Staël)

Mlle de Scudéry et le Pays de Tendre

Carte du Pays de Tendre ou la géographie de l'amour

Le Pays de Tendre   Cette carte est l'oeuvre commune des habitués des samedis de Mlle de Scudéry. En voici la description détaillée insérée à la fin de la première partie de son roman Clélie.

   On peut en rire mais remettons-nous dans le contexte de l'époque qui vise à introduire quelque raffinement dans l'amour à la hussarde. La Carte de Tendre traduit par l'image quatre notions fondamentales en amour : la reconnaissance, l'estime, l'inclination et la tendresse. Certains des contemporains applaudirent à l'introduction dans la langue d'un mot, celui de « Tendre », qui, selon un témoignage, donnait « une idée plus sage de l'amour ».  

   « Afin que vous compreniez mieux le dessein de Clélie, vous verrez qu'elle a imaginé qu'on peut avoir de la tendresse par trois causes différentes : ou par une grande estime, ou par reconnaissance, ou par inclination ; et c'est ce qui l'a obligée d'établir ces trois villes de Tendre sur trois rivières qui portent ces trois noms, et de faire ainsi trois routes différentes pour y aller. Si bien que, comme on dit Cumes sur la mer d'Ionie et Cumes sur la mer Tyrrhène, elle fait qu'on dit Tendre sur Inclination, Tendre sur Estime et Tendre sur Reconnaissance. Cependant, comme elle a présupposé que la tendresse qui naît par inclination n'a besoin de rien autre chose pour être ce qu'elle est, Clélie, comme vous le voyez, n'a mis nul village le long des bords de cette rivière. Mais, pour aller à Tendre sur Estime, il 'en est pas de même ; car Clélie a ingénieusement mis autant de villages qu'il y a de petites et de grandes choses qui peuvent contribuer à faire naître par estime cette tendresse dont elle entend parler. En effet, vous voyez que de Nouvelle Amitié on passe à un lieu qu'elle appelle Grand Esprit, parce que c'est ce qui commence ordinairement l'estime ; ensuite vous voyez ces agréables villages de Jolis Vers, de Billet galant et de Billet doux, qui sont les opérations les plus ordinaires du grand esprit dans les commencements d'une amitié.

   Ensuite pour faire un plus grand progrès dans cette route, vous voyez Sincérité, Grand Cœur, Probité, Générosité, Respect, Exactitude et Bonté. Après cela, il faut, s'il vous plaît, retourner à Nouvelle Amitié pour voir par quelle route on va de là à Tendre sur Reconnaissance. Voyez donc, je vous prie, comment il faut aller d'abord de Nouvelle Amitié à Complaisance, ensuite à ce petit village qui se nomme Soumission, et qui en touche un fort agréable, qui s'appelle Petits Soins. Voyez, dis-je, que de là il faut passer par Assiduité. Ensuite vous voyez qu'il faut passer à un autre village qui s'appelle Empressement. Après cela vous voyez qu'il faut passer à Grands Services. Ensuite il faut passer à Sensibilité. Après, il faut, pour arriver à Tendre, passer par Tendresse. Ensuite il faut aller à Obéissance ; et, pour arriver enfin où l'on veut aller, il faut passer à Constante Amitié, qui est sans doute le chemin le plus sûr pour arriver à Tendre sur Reconnaissance.

   Mais, comme il n'y a pas de chemins où l'on ne se puisse égarer, Clélie a fait, comme vous le pouvez voir, que, si ceux qui sont à la Nouvelle Amitié prenaient un peu plus à droite ou un peu plus à gauche, ils s'égareraient aussi ; car si, à partir de Grand Esprit, on allait à Négligence, qu'ensuite, continuant cet égarement, on allât à Inégalité, de là à Tiédeur, à Légèreté et à Oubli, au lieu de se trouver à Tendre sur Estime, on se trouverait au Lac d'Indifférence. De l'autre côté, si, à partir de Nouvelle Amitié, on prenait un peu trop à gauche et qu'on allât à Indiscrétion, à Perfidie, à Orgueil, à Médisance ou à Méchanceté, au lieu de se trouver à Tendre sur Reconnaissance, on se trouverait à la Mer d'Inimitié. »

   Dans notre langage d'aujourd'hui, on peut traduire ainsi :    

   Bordé à l’ouest par la mer d’Inimitié et au nord par la mer Dangereuse qui le sépare des terres inconnues, le pays de Tendre est séparé en son milieu par le fleuve d’Inclination qui se jette dans la mer Dangereuse. Dans sa vaste embouchure se rejoignent deux fleuves de moindre importance, Estime et Reconnaissance.    

   Le point de départ est la région de la Nouvelle Amitié d’où l’on se dirige vers Tendre-sur-estime, Tendre-sur-Inclination ou Tendre-sur-Reconnaissance. La route la plus rapide emprunte le fleuve de l’Inclination, évitant les étapes plus ou moins prolongées à Complaisance, Petits Soins, Assiduité, Grands Services. Gare à ceux qui se trompent et empruntent le chemin de Médisance ou Orgueil. Tout au bout, c’est la mer d’Inimitié qui attend le voyageur. Tous les vaisseaux y font naufrage. À droite, le chemin mène à Tendre-sur-Estime en passant par Grand Esprit, Jolis Vers, Grand Cœur et Respect. L’obstacle réside dans les chemins trompeurs de Négligence, Inégalité ou Tiédeur qui débouchent sur le lac d’Indifférence aux eaux stagnantes.

   Mlle de Scudéry entretint pendant deux ans, de 1652 à 1654, une correspondance sentimentale avec Pellisson, surnommé Acante, avant d'avouer ainsi sa défaite :

 « Enfin, Acante, il faut se rendre 

Votre esprit a charmé le mien. 

Je vous fais citoyen de Tendre 

Mais de grâce n'en dites rien. » 

   Ainsi donc, Mlle de Scudéry, après avoir légiféré sur les interdits, l'amour permis et les passions prohibées, accepte d'aborder « les terres inconnues » qui sont une expression célèbre de la Carte du Tendre. Pellisson est certes embastillé pour avoir défendu Fouquet dont il était le secrétaire.  Mais il arrive à faire parvenir quelques billets à Mlle de Scudéry et compose même un long poème, Eurymédon, qu'il lui dédie. Libéré, il continue à jouer auprès d'elle l'amoureux transi.  

* * *

Ajouter un commentaire