Créer un site internet

Mme de Sévigné et La Rochefoucauld

Amtié entre La Rochefoucauld et Mme de Sévigné

Le jeune La Rochefoucauld   Mme de Sévigné parle souvent de La Rochefoucauld dans ses Lettres. Il apparaît 173 fois dans sa correspondance avec Mme de Grignan, en petites touches légères et fugitives.

   Extraits

* « M. de La Rochefoucauld dit que je contente son idée par l’amitié [celle qu’elle éprouve pour sa fille], avec toutes ses circonstances et dépendances. » (21 février 1671)

* « M. de La Rochefoucauld m’a demandé plus de dix fois si vous n’aviez pas reçu ses dragées, et je lui ai dit toutes vos douceurs là-dessus. Voici une histoire qu’il vous envoie cette fois au lieu de dragées : le comte d'Estrées lui a conté qu’en son voyage de Guinée, il se trouvé parmi les chrétiens. Il y trouva une église, il y trouva vingt chanoines nègres tout nus avec des bonnets carrés et une aumusse au bras gauche, qui chantaient les louanges de Dieu. Il vous prie de réfléchir sur cette rencontre, et de ne pas croire qu’ils eussent le moindre surplis, car ils étaient comme quand on sort du ventre de sa mère, et noirs comme des diables. Voilà ma commission. » (20 mars 1671)

* "Je fus hier chez M. de La Rochefoucauld, je le trouvai criant les hauts cris des douleurs extrêmes de la goutte. Ses douleurs étaient au point que toute sa constance était vaincue, sans qu'il en restât un seul brin ; l'excès de se douleurs l'agitait d'une telle sorte qu'il était en l'air dans sa chaise avec une fièvre violente. Il me fit une pitié extrême ; je ne l'avais jamais vu en cet état ; il me pria de vous le mander, et de vous assurer que les roués ne souffrent point en ce moment ce qu'il souffre la moitié de sa vie, et qu'ainsi il souhaite la mort comme le coup de grâce ; la nuit n'a pas été meilleure." (23 mars 1671)  

* « N’avez-vous point trouvé jolies les cinq ou six fables de La Fontaine, qui sont dans un des tomes que je vous ai envoyés ? Nous en étions l’autre jour ravis chez M. de La Rochefoucauld. Nous apprîmes par cœur celle du Singe et du Chat. » (19 avril 1671)

* « Adieu, je suis chagrine, je suis de mauvaise compagnie ; quand j’aurai reçu de vos lettres, la parole me reviendra. Quand on se couche on a des pensées qui ne sont que gris-brun, comme dit M. de La Rochefoucauld ; et la nuit elles deviennent tout à fait noires : je sais qu’en dire. » (14 juin 1671)

* « Je fis l’autre jour une maxime tout de suite sans y penser, et je la trouvai si bonne que je crus l’avoir retenue par cœur de celles de M. de La Rochefoucauld. Je vous prie de me le dire : en ce cas il faudrait louer ma mémoire plus que mon jugement. Je disais, comme si je n’eusse rien dit, que l’ingratitude attire les reproches comme la reconnaissance attire de nouveaux bienfaits. Dites-moi donc ce que c’est que cela ? L’ai-je lu ? L’ai-je rêvé ? L’ai-je imaginé ? Rien n’est plus vrai que la chose, et rien n‘est plus vrai aussi que je ne sais où je l’ai prise et que je l’ai trouvée toute rangée dans ma tête et au bout de ma langue. » (28 juin 1671)

* « Voilà les maximes de M. de la Rochefoucauld revues, corrigées et augmentées [la 3e édition, réunissant 341 maximes, paraît fin 1671] ; c’est de sa part que je vous les envoie. Il y en a de divines ; et à ma honte, il y en a que je n’entends point : Dieu sait comme vous les entendrez. » (20 janvier 1672)

* « M. de La Rochefoucauld vous mande qu’il a une souris blanche qui est aussi belle que vous : c’est la plus jolie bête qu’on ait jamais vue ; elle est dans une cage. » (5 février 1672)

* "M. de La Rochefoucauld est toujours accablé de goutte ; il a perdu sa varie mère, dont il est véritablement affligé ; je l'en ai vu pleurer avec une tendresse qui me le faisait adorer. C'était une femme d'un extrême mérite ; et enfin, dit-il, c'était la seule qui n'a jamais cessé de m'aimer. Ne manquez pas de lui écrire, et M. de Grignan aussi. Le coeur de M. de La Rochefoucauld pour sa famille est une chose incomparable : il dit que c'est des chaînes qui nous attachent l'un  l'autre." (4 mai 1672)

* « Vous savez bien, Monsieur le Comte, qu’autrefois nous avions le don de nous entendre avant que d’avoir parlé. L’un de nous répondait fort bien à ce que l’autre avait envie de dire ; et si nous n’eussions point voulu nous donner le plaisir de prononcer assez facilement des paroles, notre intelligence aurait quasi fait tous les frais de la conversation. Quand on s’est si bien entendu, on n peu jamais devenir pesants. C’est une jolie chose à mon gré que d’entendre vite : cela fait voir une vivacité qui plaît, et dont l’amour-propre sait un gré non-pareil. M. de La Rochefoucauld dit vrai dans ses Maximes : Nous aimons mieux ceux qui nous entendent bien, que ceux qui se font écouter. » (À Bussy-Rabutin, le 16 mai 1672)

* « Je ne finirais pas de vous dire les amitiés de M. de La Rochefoucauld, combien il aime à parler de vous, à me faire lire quelquefois des endroits de vos lettres : c’est l’homme le plus aimable que j’aie jamais vu. » (16 mai 1672) 

* "Mme de La Fayette est toujours languissante ; M. de La Rochefoucauld toujours éclopé ; nous faisons quelquefois des conversations d'une tristesse qu'il semble qu'il n'y ait plus qu'à nous enterrer. Le jardin de Mme de La Fayette est la plus jolie chose du monde : tout est fleuri, tout est parfumé ; nous y passons bien des soirées, car la pauvre femme n'ose pas aller en carrosse. Nous vous souhaiterions bien quelquefois derrière une palissade pour entendre certains discours de certaines terres inconnues que nous croyons avoir découvertes." (30 mai 1672)

* « M. de Longueville a été tué : cette nouvelle accable. Nous étions chez Mme de La Fayette avec M. de la Rochefoucauld quand on nous l’a apprise, et en même temps la blessure de M. de Marcillac et la mort du chevalier de Marcillac qui est mort de sa blessure. Enfin cette grêle est tombée sur lui en ma présence. Il a été très vivement affligé. Ses larmes ont coulé du fond du cœur, et sa femme l’a empêché d’éclater. » (17 juin 1672)

* « Pour M. de La Rochefoucauld, il allait, comme un enfant, revoir Verteuil et les lieux où il a chassé avec tant de plaisir [La chasse évoquée est du gibier féminin] ; je ne dis pas où il a été amoureux, car je ne crois pas que ce qui s’appelle amoureux, il l’ait jamais été. » (7 octobre 1676)

* « Je me suis avisée de faire des remarques sur cent maximes de M. de La Rochefoucauld. J’en suis à examiner celle-ci : La bonne grâce est au corps ce que le bon sens est à l’esprit. Je demande à votre tribunal si elle est facile à entendre, et quel rapport ou proportion il y a entre bonne grâce et bon sens.

   Je trouve qu’on se sert de mots dans la conversation, qui, étant examinés, sont ordinairement équivoques, et qui, à force de les sasser, ne signifient point, dans la plupart des expressions, ce qu’il semble à tout le monde qu’ils doivent signifier. Par exemple, je demande à Mme de Coligny qu’elle me définisse la bonne grâce, et qu’elle me marque bien la différence avec le bon air ; qu’elle me dise celle de bon sens et de jugement, celle de raison et de bon sens, celle de bon esprit et de bon sens, celle de génie et de talent, celle de l’humeur, de caprice et de bizarrerie ; de l’ingénuité et de la naïveté ; de l’honnêteté et de la politesse et de la civilité ; du plaisant, de l’agréable et du badin. Ne vous amusez pas à me dire que ce sont la plupart synonymes : c’est le langage ou des paresseux ou des ignorants. Je suis après à définir tout, bien ou mal, il n’importe. Faites la même chose, je vous en prie. » (De Corbinelli à Bussy-Rabutin, 18 décembre 1678)

* « Les conversations ne permettent pas qu’on soit très exact ni fort régulier dans le choix des paroles. Ce serait une géhenne pédante ; mais je prétends qu’on se jette dans la rigueur quand il est question de définir au vrai. J’ai choisi cent maximes de M. de La Rochefoucauld sur lesquelles je fais des remarques pour les bien faire entendre ; je définis enragément, peut-être bien, peut-être mal ; mais enfin je veux fixer mes idées. » (Du même au même, 27 février 1679)

* « Il ne sait que réponde ; il mange des pois chauds, comme dit M. de La Rochefoucauld quand quelqu’un ne sait que répondre. » [L.R. décrit ainsi les sons inarticulés que peut émettre une bouche emplie de petits pois. L’expression imagée et familière plaisait à Mme de Sévigné qui la reprend plusieurs fois dans ses lettres] (6 octobre 1679)

* "Monsieur de La Rochefoucauld a été, est encore considérablement malade ; il est mieux aujourd'hui ; mais enfin c'était tout l'apparence de la mort : une grosse fièvre, une oppression, une goutte remontée ; enfin c'était une pitié." (13 mars 1680). 

* "Je crains bien que nous ne perdrions cette fois M. de La Rochefoucauld : sa fièvre a continué ; il reçut hier Notre-Seigneur. Mais son état est une chose digne d’admiration : il est fort bien disposé pour sa conscience, voilà qui et fait ; du reste, c’est la maladie et la mort de son voisin dont il est question ; il n’en est pas effleuré, il n’en est pas troublé ; il entend plaider devant lui la cause des médecins, du frère Ange et de l’Anglais [un capucin guérisseur et un médecin anglais qui se trouvaient ensemble au chevet du malade], d’une tête libre , sans daigner quasi dire son avis ; je reviens à ce vers [Corneille, Pompée, II, 2]   : « Trop au-dessous de lui pour y prêter l’esprit. »

Il ne voyait point hier matin Mme de La Fayette, parce qu’elle pleurait, et qu’il recevait Notre-Seigneur ; il envoya savoir à midi de ses nouvelles. Croyez-moi, ma fille, ce n’est pas inutilement qu’il a fait des réflexions toute sa vie ; il s’est approché de telle sorte ces derniers moments, qu’ils n’ont rien de nouveau ni d’étranger pour lui. M. de Marcillac arriva avant-hier à minuit, si comblé de douleur amère, que vous ne seriez pas autrement pour moi. Il fut longtemps à se faire un visage et une contenance ; enfin il entra, et trouva M. de La Rochefoucauld dans cette chaise, peu différent de ce qu’il est toujours. Comme on n’entre plus du tout dans cette maison, on a peine à savoir la vérité ; cependant on m’assure qu’après avoir été cette nuit à un moment près de mourir, par le combat du remède et de l’humeur de la goutte, il a fait une si considérable évacuation, que, quoique le fièvre ne soit pas encore diminuée, il y a sujet de tout espérer : pour moi, je suis persuadée qu’il en réchappera. M. de Marcillac n’ose encore ouvrir son âme à l’espérance ; il ne peut ressembler dans sa tendresse et dans sa douleur qu’à vous ma chère enfant, qui ne voulez pas que je meure.» (15 mars 1680). 

* « Vous dites mille fois mieux que M. de La Rochefoucauld et vous en sentez la preuve : Nous n’avons pas assez de raison pour employer toute notre force. Il serait honteux, ou du moins l’aurait dû être de voir qu’il n’y avait qu’à retourner sa maxime pour la faire beaucoup plus vraie. » (14 juillet 1680)

* « M. de Revel est parti ce matin à la pointe du jour : il n’en a été qu’un ici ; les dames sont étonnés, et s‘ennuient. Il a dit à mon fils des raisons sérieuses ; mais c’est un fripon, c’est qu’il ne veut pas fâcher une autre jolie personne ; cela nous fait rire : généralement parlant, les femmes sont bien plaisantes, et M. de La Rochefoucauld en a bien connu le fond. » (7 septembre 1689)

Sur la maladie et la mort de La Rochefoucauld

* * *  

Date de dernière mise à jour : 19/02/2020

×