« Connaître sert beaucoup pour inventer. » (Mme de Staël)

Princesse de Clèves

   « Qu’on dise roman ou non, au fond, ça les regarde, les lecteurs. La lecture, c’est le roman. Quand elle se produit, rien ne peut se comparer à cette lecture-là, elle est miraculeuse. Je peux dire : c’est moi qui ai écrit La Princesse de Clèves, après l’avoir lu. Ce livre, je l’avais toujours mal lu. Je l’ai relu il y a deux ans. Ça a couvert deux ans de ma vie. C’est un bonheur qui dure depuis deux ans. La Princesse de Clèves, c’est un dérèglement de l’écrit. Ça va presque jusqu’à la démence, comme Mme de La Fayette la remonte, cette femme. Elle la remonte comme un fleuve. »

Marguerite Duras

* * *