« Connaître sert beaucoup pour inventer. » (Mme de Staël)

La Princesse de Clèves et Virginia Woolf

   À propos de La Princesse de Clèves de Mme de La Fayette, Virginia Woolf écrit dans son Journal :

   « ... classique par la beauté de sa forme, par sa sérénité, son art. Pas un cheveu de sa tête n'a bougé. Très grande beauté, mais d'une appréciation difficile. Tous les personnages sont nobles, le mouvement majestueux, la mécanique un peu lourde. Il est nécessaire que des épisodes soient narrés, des lettres perdues. Ce sont les battements du cœur humain et non les muscles du destin que nous observons [...] Il existe, par exemple, une curieuse profondeur, tout juste esquissée, dans les relations entre Mme de Clèves et sa mère. Si je devais faire la critique de ce livre, je traiterais de la beauté dans les personnages. Mais, Dieu merci, je n'ai pas à en faire la critique... »

   Virginia Woolf s'intéresse au 17e français et évoque également les Lettres de Mme de Sévigné.

* * *

Ajouter un commentaire