« Connaître sert beaucoup pour inventer. » (Mme de Staël)

Préciosité

   Un objet « précieux » est un objet rare et qui a du prix. Tel est le premier sens de l'adjectif. On en fit un nom propre, décliné au féminin et « les Précieuses » devinrent « ridicules ». La faute en revient à Molière qui se défendit, en son temps, d'avoir voulu critiquer « toutes » les Précieuses : il s'agissait pour lui de souligner les extravagances de quelques-unes. Mais le mal était fait...

   « Il y a une nature de filles et de femmes que l'on nomme Précieuses, qui ont un jargon et des mines, avec un déhanchement merveilleux ; l'on en a fait une carte pour naviguer en leur pays. » (Chevalier de Sévigné, oncle de M. de Sévigné)

   Mais les Précieuses et leurs chevaliers servants, en favorisant l'établissement des bienséances - le début du XVIIe siècle manque pour le moins de raffinement -, en analysant les sentiments, en épurant le langage (élimination de certains vocables, précision et propriété des termes) ont contribué à ce que nous nommons le classicisme.

   Il y a quelques excès, c'est une affaire entendue. Pascal, lui, défend le naturel : « L'éloquence est une peinture de la pensée ; et ainsi ceux qui, après avoir peint, ajoutent encore, font un tableau [une oeuvre artificielle] au lieu d'un portrait », écrit-il dans les Pensées. Et plus loin : « Il faut de l'agréable et du réel, mais il faut que cet agréable soit lui-même pris du vrai. »  

   Pour conclure, ce texte dont j'ai omis de noter le sources. Que l'auteur me pardonne !

   « Parmi les femmes, certains esprits d’élite méritaient d’accéder à la culture - et y accédèrent - malgré les préjugés du temps sur l’inutilité et même l’inconvenance des études pour les femmes.

   Mais quel est le rapport entre le savoir, fatras d’érudition du temps, et le grand public d’aujourd’hui ?

   Tout est relatif : les normes de la culture et du savoir mondain varient avec l’époque. Ces femmes lisaient des ouvrages qui, aujourd’hui, paraissent souvent illisibles aux spécialistes eux-mêmes.

   Il existait également une limite imperceptible entre une querelle de doctes et un débat accessible aux gens cultivés.

   Apparut alors un esprit nouveau qui était la conscience de cette limite. La plupart des auteurs - essentiellement des hommes – prirent soin désormais de la respecter, ce qui ne fut pas sans conséquences sur l’idée qu’on se faisait de la littérature. Grâce à Voiture notamment, la gravité des doctes et l’austérité du savoir furent bannies. On traitait un point de science ou on donnait son jugement en plaisantant, d’une façon galante et enjouée ; il fallait savoir tourner en jeu les entretiens sérieux. D’où la grande influence des femmes, le triomphe de la galanterie, de la préciosité et la naissance des salons. » 

* * *