• Aliments naturels (Rousseau)

    La fin du siècle voit un retour à la simplicité et au naturel dans tous les domaines, notamment celui de la nourriture. Influence de Rousseau.
  • Champagne de Dom Pérignon

    Né au 17e siècle grâce à Dom Pérignon, le champagne acquiert ses lettres de noblesse avec Ruinart.
  • Proust, Perec et Gracq critiques d'art : Chardin

    Proust, Perec et Gracq analysent les tableaux de Chardin.
  • Extravagances culinaires

    Extravagances culinaires des riches.
  • Frugalité de Marie-Antoinette

    Marie-Antoinette boit de l'eau, avale du chocolat le matin et mange de la volaille bouillie. Seul rappel de son enfance : le petit pain viennois.
  • Grimod de la Reynière

    La Reynière, nouveau riche, donne d'excellents soupers. Il est mal perçu par la bonne société. Son Manuel des Amphitryons est un régal à lire.
  • Haute gastronomie

    Dans la Physiologie du goût, Brillat-Savarin se penche sur la gastronomie du 18e siècle. Menu et spécialités gastronomiques. Critique de Baudelaire.
  • Le poêle ? Un luxe dans la cuisine

    Mercier regrette les cheminées et accuse les poêles d'être un vecteur de luxe : les femmes du peuple cuisinent désormais debout.
  • Le sucré

    Le développement du sucré (réservé à l'élite) est l'expression d'une sensualité heureuse.
  • Les premiers cafés

    Les cafés parisiens au 18e siècle sont le comble de l'élégance. Les encyclopédistes les fréquentent. Diderot y joue aux échecs. Sébastien Mercier en donne une image moins luxueuse. Le Club de l'Entresol.
  • Nourrissons

    Le nouveau-né est nourri à la demande : l’appétit ressenti indique la fin de la digestion de la précédente tétée. Les nourrices, un métier disparu.
  • Nourriture du peuple

    Pas de grande famine au 18e siècle mais le peuple a faim. Il consacre la moitié de son salaire à sa nourriture, du pain principalement.
  • Nouvelle cuisine au 18e siècle

    Multiplication des livres de cuisine. Bases d'une nouvelle cuisine. Un vent de modernité souffle. Rupture avec les décennies précédentes.
  • Poème sur le café (Delille)

    Des biens de consommation à la littérature, il n’y a qu’un pas. Poème sur le café de l’abbé Delille.
  • Recettes de François Marin

    Recettes plus ou moins infaisables du 18e siècle. Menu de l'époque.
  • Repas au grand couvert

    Le repas au grand couvert à Versailles, un scandaleux gaspillage.
  • Un repas sous le Directoire chez Barras

    Sous le Directoire, la gastronomie reprend ses droits : 17 plats suivis de 24 desserts.
  • Restaurants de santé : nouveau concept

    Le restaurant est à l'origine un bouillon revigorant. De fil en aiguille, il devient un espace où l'élite trouve bien-être et confort.
  • Salle à manger : une nouveauté

    La salle à manger est une pièce nouvelle au 18e siècle. On veut davantage d'intimité et de confort, même Julie dans La Nouvelle Héloïse.
  • Salons et soupers économiques

    Chez les intellectuelles, on nourrit davantage l'esprit que le corps. Repas économiques. Souper grec de Mme Vigée-Lebrun.
  • Soupers d'Ancien Régime

    Entre petits soupers et réceptions onéreuses, le 18e siècle perd son identité.
  • Soupers de Louis XV

    Menu d'un souper de Louis XV à Choisy. Soupers au grand couvert et dans les petits appartements : ambiance.
  • Tenir café

    Tenir café, nouvelle manière de recevoir.
  • Vertu érotique des truffes

    Les truffes, produits de luxe, sont censées être aphrodisiaques.
  • Victoire de France gourmande

    Madame Victoire, l'une des filles de Louis XV, aime la bonne chère et s'empâte rapidement. Péché de gourmandise lors du Carême.
×