« Connaître sert beaucoup pour inventer. » (Mme de Staël)

Critique société

Que critiquent les philosophes des Lumières ?

On peut regrouper la critique sociétale au XVIIIe siècle selon les cinq axes suivants :

1/ La formation de l’esprit critique

   * Bayle : Pensées sur la comète (1682), => croyances dénuées de sens

   * Fontenelle : Histoire des Oracles (1686), « La dent d’or » => crédulité et paresse d’esprit nous font accepter facilement des événements extraordinaires, sans vérification

   * Montesquieu : Lettres persanes (1721), Lettre 97 => éloge de l’esprit philosophique

2/ La critique de l’inégalité

   * Montesquieu : Lettres persanes, Lettre 75 => la morgue des grands (cf. La Bruyère dès le XVIIe siècle dans les Caractères)

   * Diderot : Le Neveu de Rameau (1762) => éloge ironique (paradoxal) de l’or

   * Rousseau : Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes (1755) => inégalité sociale due à la propriété

   * Beaumarchais : Le Mariage de Figaro (1784), V, 3 : le monologue de Figaro qui dénonce les tares d’une société inégale et hypocrite

3/ La critique de l’injustice

   * Montesquieu : L’Esprit des lois (1748), Livre XV => condamnation de l’esclavage

   * Voltaire : Dictionnaire philosophique (1764), Article « Torture » => condamnation de la torture

   * Voltaire : Dialogues philosophiques, « André Destouches à Siam » (1766) => l’arbitraire de la justice

4/ La critique du pouvoir

   * Montesquieu : Lettres persanes, Lettre 37 => portrait de Louis XIV (mort en 1715 ; la Régence est plus tolérante)

   * Diderot : Encyclopédie (1751), article « Autorité politique » => attaque violente contre la monarchie absolue

   * Voltaire, Lettres philosophiques (1734), Lettre VIII => Voltaire vante les mérites du régime parlementaire anglais dans lequel le pouvoir du roi est limité par l’existence d’une assemblée

   * l’auteur incertain de l’article « Paix » de l’Encyclopédie

5/ La critique de la religion

   * Montesquieu : Lettres persanes, Lettre 29 => critique de l’Inquisition

   * Voltaire : Traité sur la tolérance, extrait => prière à Dieu

   * Encyclopédie : article « Christianisme », auteur anonyme

Exemple : Entretien d'un philosophe avec la maréchale de *** (Diderot, 1776)

   Ce dialogue philosophique (genre très apprécié par Diderot) se fonde sur une conversation réelle que Diderot a en 1771 avec la maréchale De Broglie, reprise et approfondie deux ans plus tard avec Catherine II à Saint-Pétersbourg. Dès son retour de Russie, Diderot s’attelle à l’ouvrage dont le sujet est les rapports de la morale et de la religion.

   À la maréchale, dévote éclairée pour qui orthodoxie religieuse et conduite morale sont inséparables, Diderot répond que la religion n’a pas d’influence réelle sur la moralité et qu’un philosophe incrédule peut être vertueux. Athée, Diderot affirme sa foi en l’homme qui peut pratiquer le bien sans crainte de l’enfer et soutient l’existence d’une morale naturelle, indépendante des sanctions de la religion. Mais il ne cherche pas à convaincre à tout prix la maréchale et son athéisme est moins violemment militant que celui de son ami d’Holbach. 

   Badinage, profondeur et humour caractérisent ce dialogue qui rivalise, par son style, avec la sobriété de Voltaire.

* * *

Ajouter un commentaire