Créer un site internet

Récit de voyage (Bougainville)

   S’annonce ici un questionnement sur notre perception de l’autre et la manière dont on aborde l’altérité. Richesse des peuples et de leur civilisation. En revanche, on peut s’interroger sur l’esprit de conquête et les effets destructeurs qu’il peut avoir sur l’environnement et la diversité des cultures.   

Les Tahitiens (Bougainville, Voyage autour du monde, 1771)

Tahitiens presentant des fruits a bougainville et ses officiers   « On voit souvent les tahitiens nus, sans autre vêtement qu’une ceinture qui leur couvre les parties naturelles. Cependant les principaux s’enveloppent ordinairement dans une grande pièce d’étoffe qu’ils laissent tomber jusqu’aux genoux. C’est aussi là le seul habillement des femmes, et elles savent l’arranger avec assez d’art pour rendre ce simple ajustement susceptible de coquetterie. Comme les Tahitiennes ne vont jamais au soleil sans être couvertes, et qu’un petit chapeau de cannes, garni de fleurs, défend leur visage de ses rayons, elles sont beaucoup plus blanches que les hommes. Elles ont les traits assez délicats ; mais ce qui les distingue, c’est la beauté de leur corps dont les contours n’ont point été défigurés par quinze ans de torture[1].

   Au reste, tandis qu’en Europe les femmes se peignent en rouge les joues, celles de Tahiti se peignent d’un bleu foncé les reins et les fesses ; c’est une parure et en même temps une marque de distinction. Les hommes sont soumis à la même mode […] L’usage de se peindre y est donc une mode comme à Paris. Un autre usage de Tahiti, commun aux hommes et aux femmes, c’est de se percer les oreilles et d’y porter des perles ou des fleurs de toute espèce. La plus grande propreté embellit encore ce peuple aimable. Ils se baignent sans cesse et jamais ils ne mangent ni ne boivent sans se laver avant et après.  

   Le caractère de la nation nous a paru être doux et bienfaisant. Il ne semble pas qu’il y ait dans l’île aucune guerre civile, aucune haine particulière, quoique le pays soit divisé en petits cantons qui ont chacun leur seigneur indépendant. Il est probable que les Tahitiens pratiquent entre eux une bonne foi dont ils ne doutent point. Qu’ils soient chez eux ou non, jour ou nuit, les maisons sont ouvertes. Chacun cueille les fruits sur le premier arbre qu’il rencontre, en prend dans la maison où il entre. Il paraîtrait que, pour les choses absolument nécessaires à la vie, il n’y a point de propriété et que tout est à tous. »

Remarque : ce texte peut être étudié en classe de 5e dans le cadre du thème « Le voyage et l’aventure ».    


[1] Le port du corset étranglait la taille des Européennes.

* * * 

Date de dernière mise à jour : 29/07/2021