Rousseau : divers

Dans son Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale, Charles Dantzig évoque notamment Rousseau :

* On se moque de Rousseau (avec tous ses défauts de vanité) car il a osé montrer sa sensibilité.

* Rousseau est favorable à la fermeture des théâtres à Genève alors qu’il a écrit du théâtre.

* L’enfance a été réinventée par Rousseau. Etat idéal pour lui. Mais il abandonne ses enfants. Se promenant aux Tuileries avec Bernardin de Saint-Pierre, il en désigne qui font du bruit : « Les enfants sont devenus nos tyrans. »

* Rousseau demandait un point vocatif pour distinguer la personne qu’on nomme de celle qu’on hèle. Les signes de ponctuation se sont insinués à partir des partitions de musique. Les Latins n’en utilisaient pas (lecteurs plus fins).

* La sincérité de Rousseau sert son ego. Sauvage de salon. Rousseau s’indigne de l’existence de l’humanité et veut régner seul sur un globe désert. Se pose comme exceptionnel. Prêcheur suisse. « Je suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus, j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. » Se plaint de ses ennemis mais en réclame. « Je sentis avant de penser ; c’est le sort commun de l’humanité. Je l’éprouvai plus qu’un autre. » Rugissement superlatif de ce plaintif.

_ _ _ Fin de citation

Opinion de Rousseau sur la poésie

   « Le langage figuré [la poésie] fut le premier à naître, le sens propre fut trouvé le dernier. On n’appela les choses de leur vrai nom que quand on les vit sous leur véritable forme. D’abord on ne parla qu’en poésie ; on ne s’avisa de raisonner que longtemps après. » (J.-J. Rousseau, Essai sur l’origine des langues).

* * * 

Date de dernière mise à jour : 25/03/2022