Mme du Barry et un poème de Baudelaire

À Mme du Barry (poème attribué à Baudelaire)

   Ce poème figure dans les Vers attribués à Baudelaire (Vers retrouvés). Il parut dans L'Artiste du 1er décembre 1844 et dans L'Écho du 1er octobre 1846 sous la signature de Privat d'Anglemont. Également dans le Figaro du 9 août 1859 (article d'Alphonse Duchesne sur Privat) et dans Paris inconnu (1861, 1875, 1884, 1886). Dans l'Appendice au Parnasse satyrique (sic) de 1864 qui accompagne Le Nouveau Parnasse, l'éditeur (Poulet-Malassis) l'attribue expressément à Nerval.

   Cependant le témoignage de Houssaye (qui prend la direction de L'Artiste en 1844 et témoigne dans Le Gaulois du 5 octobre 1882) peut s'appliquer à cette pièce. Il déclare en effet que Baudelaire a débuté dans le monde littéraire en prenant un « homme pour masque », un Privat d'Anglemont bien vivant. Baudelaire lui aurait dicté ces vers, signés par Privat. 

À Madame du Barry

Vous étiez du bon temps des robes à paniers,

Des bichons, des manchons, des abbés, des rocailles,

Des gens spirituels, polis et cancaniers,

Des filles, des marquis, des soupers, des ripailles

*

Moutons poudrés à blanc, poètes familiers,

Vieux sèvres et biscuits, charmantes antiquailles,

Amours dodus, pompons de rubans printaniers,

Meubles en bois de rose et caprices d’écailles ;

*

Le peuple a tout brisé, dans sa juste fureur,

Vous seule avez pleuré, vous seule avez eu peur,

Vous seule avez trahi votre fraîche noblesse.

*

Les autres souriaient sur les noirs tombereaux,

Et, tués sans colère, ils mouraient sans faiblesse,

Car vous seule étiez femme en ce temps de héros.

Signature de Baudelaire

Sources : Baudelaire, Oeuvres complètes, Gallimard, La Pléiade, 1975, texte annoté par Claude Pichois.

* * *

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×