Fanny et Cécile dans Cleveland (Prévost)

   L'abbé Prévost fit paraître son ouvrage Cleveland de 1731 à 1739.

  « Cleveland, maudit par son père Cromwell, se réfugie dans une caverne de Cornouailles où il rencontre Fanny, la fille d’un autre proscrit. Il s’exile en France tandis que Fanny suit son père en Amérique. Cleveland l’y retrouve dans les Appalaches, l’épouse selon le rite indien et se fait couronner roi de la tribu des Abaquis. Ils ont une fille, enlevée par des cannibales. Cleveland se sépare de Fanny qui s’enfuit avec un aventurier. Il se réconcilie avec l’amour en s’éprenant de Cécile de R... Amour réciproque et incestueux : Cécile est sa fille, sauvée des cannibales par le comte de R... Elle refuse de refouler cet amour impossible et meurt. Cleveland retrouve Fanny, ils repartent inhumer leur fille en Angleterre et se retirent dans la solitude. 

   La genèse de l’ouvrage est complexe : Prévost intercale son écriture entre la rédaction des Mémoires et Aventures d’un homme de qualité (1728-1731), celle de Manon Lescaut et celle du Doyen de Killerine.

   Il écrit les deux premiers tomes à Londres en 1730, les deux suivants à Amsterdam en 1731, reprend son œuvre en 1736 et publie en 1739 les derniers tomes, d’ailleurs impatiemment attendus par le public : Cleveland est un grand succès romanesque. Rousseau et Diderot le préfèrent à Manon Lescaut.

   Prévost est proche de Marivaux par toute une mythologie / métaphysique du cœur, par l’analyse paradoxale du sentiment à partir du rêve et de l’irrationnel. On trouve chez lui une mélancolie annonçant le romantisme et ses Indiens annoncent les Natchez de Chateaubriand. »

(Fin de citation, source inconnue).   

* * *

Ajouter un commentaire