Manon Lescaut, roman picaresque ?

Le roman picaresque (généralités)

   Ce genre romanesque (ou plus exactement ce sous-genre, sans connotation péjorative) apparut en Espagne au 16e siècle (1). L’adjectif « picaresque » est issu du mot « picaro » (coquin, fripon, aventurier, voleur, de naissance parfois douteuse). Il gagne ses lettres de noblesse avec le Don Quichotte de Cervantès (1615).

1/ Caractéristiques

– Narration à la première personne (autobiographie fictive).

– Antihéros (manque de valeurs morales, marginalité) ; réaction contre l'idéalisme des romans de chevalerie et morale concrète des réalités matérielles.

– Thèmes de l’aventure du voyage et de l’errance à valeur initiatique. Pérégrinations diverses, réussites et échecs. Roman de formation (cf. « Bildungsroman » allemand). 

– Nombreux personnages secondaires, tous les milieux sociaux => satire sociale (religion, médecine, justice). 

– Lieux typiques (auberges, prisons et routes).

– Thème de la fatalité (naître sous une bonne ou mauvaise étoile).

2/ Exemples de romans picaresques

- Jacques le Fataliste (Diderot, 1796)

- Le Paysan parvenu (Marivaux, 1735)

- Gil Blas de Santillane (Lesage, 1735)

- Manon Lescaut (abbé Prévost)

_ _ _

Notes

(1) En fait, le Le roman picaresque fait partie des roman de voyage, première des catégories établies par Bakhtine, et remonte à l'Antiquité. Avec le roman picaresque, la littérature occidentale retrouve le goût du voyage : d'auberge en auberge, le héros connaît des aventures innombrables, est dépouillé par des voleurs, tenu captif par des brigands, libéré par un complice, recueilli par un prêtre ou un riche gentilhomme, contraint de reprendre la route et sans cesse soumis aux aléas de la destinée.  

Pistes de réflexion pour Manon Lescaut

   * Étude des mœurs de la société au 18e siècle : nombreuse auberges qui évoquent des lieux de mixité sociale, thèmes de l ‘argent, des tromperies et de l’emprisonnement.

   * Roman d’aventure : référence à l’Espagne, réalisme des lieux, thème du voyage, de l’errance et de la mobilité.

   * Roman sentimental.

   * Roman d’analyse psychologique (présence du « je »).

   * Des Grieux : un antihéros picaresque et fripon ? Il est assassin et voleur mais éprouve un sentiment de culpabilité qui n’existe pas chez un picaro. C’est un personnage pétri de contradictions à cause de sa passion pour Manon ; c’est donc un fripon sentimental, voire romantique. Il est issu d’une catégorie sociale élevée, avec le titre de chevalier, il jouit d’une bonne éducation, a appris la politesse et l’honnêteté. Respectueux des valeurs de la société, il ne se révolte pas. Donc, même s’il commet des crimes, Des Grieux est innocenté car ils sont guidés par son amour pour Manon. La cause est noble ! Par conséquent, des Grieux apparaît davantage comme un héros tragique, libertin, moderne et romantique, et non comme un picaro.

   L’ouvrage est picaresque en partie. On peut conclure sur le côté hybride du roman.

Remarque

   La notion de picaresque n’est pas étrangère aux plus hautes instances intellectuelles... En 2005, l’agrégation de Lettres modernes proposait comme sujet (entre autres) : Un critique contemporain a écrit : « Force est de constater que le picaro n’apprend rien. Quand sa voix se tait, il n’a pas changé et il n’a toujours pas pris conscience du sens de son aventure. En a-t-elle un d’ailleurs ? Et a-t-il une conscience ? » Vous vous demanderez dans quelle mesure ce jugement peut rendre compte des trois œuvres au programme [Il s’agissait d’œuvres contemporaines.]

* * *

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×