Ambition féminine (Badinter)

Élisabeth Badinter : Émilie, Émilie ou l'ambition féminine au 18e siècle

Emilie, Emilie (Elisabth Badinter)   Quatrième de couverture

   Après L'Amour en plus, histoire de l'amour maternel, Élisabeth Badinter aborde le problème de l'ambition féminine à travers le destin de deux grandes dames du 18e siècle. Madame du Châtelet, qui fut la compagne de Voltaire, traduisit l'oeuvre de Newton et fut l'égale des savants de ce temps. Madame d'Épinay, amie de Grimm, imagina une nouvelle pédagogie critique de Rousseau et traça le destin des futures mères.

   Ces deux ambitieuses, au sens le plus noble du terme, refusaient d'accepter les limites que la société leur assignait. Elles voulurent se donner toutes les chances dont elles se sentaient capables, en dépit de leur sexe.

   Madame du Châtelet incarne l'ambition personnelle, madame d'Épinay l'ambition maternelle, deux figures entre lesquelles se partage la vie des femmes.

   Émilie, Émilie, un livre passionnant qui nous conduit au cœur du 18e siècle sans perdre de vue le présent actuel.

   Dans la revue Lire d'octobre 1999, Élisabeth Badinter est interrogée par Pascale Frey sur sa passion pour le 18e siècle à propos de son ouvrage Les Passions intellectuelles.

Lire l'interview 

« La société qui n'est pas éclairée par les philosophes est trompée par les charlatans. » (Condorcet)

Ajouter un commentaire