Chaussures

Chaussures de femme au 18e siècle   La chaussure est un terme générique qui désigne une « couverture du pied ou de la jambe. Les chausses, souliers, bottes, pantoufles, brodequins, sont compris sous le nom de chaussure. Les gens qui font profession de galanterie ont toujours grand soin que leur chaussure soit propre, mignonne, etc. » (Furetière, Dictionnaire universel, 1690).

   La chaussure est donc un facteur de discrimination sociale.

   Soucieuse d'évoquer les usages disparus lors de la Révolution, la comtesse de Genlis souligne dans son Dictionnaire des Étiquettes paru en 1825 (article « Souliers » et « Talons rouges ») l'abandon des hauts talons « fort ridicules » qui étaient à la mode parmi les élégantes de sa jeunesse et ceux, très prestigieux, de certains nobles : les souliers à talons rouges que portaient « dans l'ancienne cour, tous les hommes présentés (ceux qui pouvaient monter dans le carrosse du roi). »

Sources : L'ancienne France au quotidien, sous la direction de Michel Figeac, Armand Colin, 2007.

* * *

Date de dernière mise à jour : 22/10/2017

×