Trousseau de noce

Dentelle dite blonde   Madame de La Tour du Pin écrit dans ses Mémoires (Mercure de France, 1979) au sujet de ses noces : 

   « On avait réuni, dans de vastes armoires, le trousseau dont le prix s'élevait à 45 000 francs. Il n'était composé que de linge, de dentelles et de robes de mousseline. La corbeille comprenait des bijoux, des rubans en pièces, des fleurs, des plumes, des gants, des blondes (1), des étoffes, plusieurs chapeaux et bonnets habillés, des mantelets en gaze noire ou blanche ornés de blonde. On m'avait fait cadeau d'une charmante table à thé garnie d'un service : théière, sucrier, etc. en vermeil, avec toute la porcelaine venant de Sèvres […]. N'omettons pas la toilette de la mariée. Elle était fort simple. J'avais une robe de crêpe blanc (2) ornée d'une belle garniture de point de Bruxelles et les barbes pendantes (3) ; un bouquet de fleurs d'oranger sur la tête et un autre au côté. Pour le dîner, je mis une belle toque rehaussée de plumes blanches, et sur laquelle était attaché le bouquet de fleurs d'oranger. »

_ _ _  

Notes

(1) : La blonde était une dentelle très fine.

(2) : On ne se mariait pas forcément en blanc. La couleur la plus courante était le bleu ou le rouge.

(3) : On portait alors un bonnet et non un voile.

* * *

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×