La satire de la préciosité

   Deux comédies de Molière font la satire de la Préciosité : Les Précieuses ridicules (1659) et Les Femmes savantes (1672).

   Dans la première, on peut orienter l’étude vers la parodie du langage et des comportements précieux, la critique de la littérature précieuse et de l’amour précieux.

   Dans la seconde, on peut analyser la caricature du féminisme précieux (étudier surtout le rôle d’Armande) et la satire des ruelles précieuses (cf. Acte III, scène 2).

La préciosité ici

* * *

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×