Programme Terminale : humanités, littérature et philosophie

Article

   Dans le Figaro du 23 août 2019, Stéphane Ratti[1] salue l’enseignement « humanités, littérature et philosophie », désormais proposé à tous les élèves de terminale à partir de la rentrée 2019. 

   L’article est réservé aux abonnés, mais l’incipit est lisible ici :

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/les-humanites-retrouvent-enfin-leur-rang-au-lycee-a-la-rentree-20190823

   Dans la suite de l’article, l’auteur souligne que nos Anciens, s’ils ne sont pas identiques à nous, ne nous sont pas non plus étrangers. Il insiste également sur le fait qu’il est inutile de rechercher « de fallacieuses et toujours imparfaites concordances » entre le passé et le présent, mais plutôt des relations possibles. Il cite Balzac (lettre du 25 mai 1843 à Andersen : « « Il y a dans les événements humains une force supérieure qui les dénoue et qui rend les discussions publiques, l’intervention de l’opinion complètement inutiles. » En somme, la littérature, l’histoire et les livres ont davantage d’impact que les médias, l’actualité et le numérique, « écume du présent ». 

   Selon Thomas Mann, à l’époque de Saint-Augustin et de Cicéron, « écrire signifiait presque déjà bien penser. Et de là, on n’était pas loin de bien agir. » Bien vivre, c’était donc agir conformément à son jugement.

   Et aujourd’hui ? La doxa n’aime pas les écarts ni le droit de penser autrement. Stéphane Ratti rappelle l’un des derniers cours de Roland Barthes au Collège de France (1976-1977), titré « Comment vivre ensemble ». La réponse était : « Dans toute communauté, dans tout groupe, s’instaure insidieusement un « Grand Usage » (Brecht). Secouer le « Grand Usage » devient alors un acte incompris. » Comment donc franchir la censure actuelle ? Eh bien, imiter Montesquieu et ses Persans – c’est-à-dire nos Anciens – avec une bonne dose d’ironie. 

   L’ironie est louée par Roger Martin du Gard dans sa correspondance, ainsi que dans son roman posthume, Le Lieutenant-colonel de Maumort : il fait dire à Renan : « L’ironie est un présent de l’Éternel, et nous serions bien ingrats de ne pas en user... »

   Antoine Compagnon, successeur de Renan au Collège de France, met en avant le roman, la littérature, l’histoire, les humanités classiques qui permettent de déchirer « le rideau des idées reçues, de la doxa ou du tout fait, ce que (Harold) Bloom nomme le « cant », la langue de bois ou la pensée unique ». Excellente définition de l’ironie socratique originelle.

   La valorisation des humanités est donc une chance historique. Pour la nouvelle génération d’élèves, Platon, Montaigne et Thomas d’Aquin entre autres pourraient être des guides du passé pour poser au mieux les questions aujourd’hui.

_ _ _ Fin du compte-rendu.    


[1] Professeur d’histoire de l’Antiquité à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, agrégé de lettres classiques, auteur de nombreux ouvrages, dont Esprit libre (Éditions Universitaires de Dijon), recueil de ses textes parus dans Le Figaro entre 2015 et 2019.

Programme (6 heures)

* La recherche de soi

* L’Humanité en question

Les détails ici =>

https://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/95/8/Tle_HLP_Specialite_Voie_G_1136958.pdf

Bibliographie indicative

A. RECHERCHE DE SOI

1/ Éducation, transmission, émancipation

Rousseau, Émile ou de l’éducation (1762).

Kant, Qu’est-ce que les Lumières ? (1784) ; Réflexions sur l’éducation (1803).

Condorcet, Mémoires sur l’instruction publique (1791) ; Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain(1795).

Hegel, Textes pédagogiques ([1809-1823]).

Stendhal, Le Rouge et le noir(1830).

Balzac, Louis Lambert(1832).

Sand, Consuelo(1842).

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe(1849), livres I à V.

Tocqueville, De la Démocratie en Amérique.

Proudhon, De la Justice dans la Révolution et dans l’Église (1858), 5e étude (De l’éducation). Nietzsche, Sur l’avenir de nos établissements d’enseignement (1872) ; Ainsi parlait Zarathoustra [extraits] (1883-1885).

Tolstoï, Enfance, Adolescence, Jeunesse (1852-1857) ;

Vallès, L’Enfant(1878) ; L’insurgé.

Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse(1883), chap. 3.

Bourget, Le Disciple(1889).

Gide, Les Nourritures terrestres(1897).

Colette, Claudine à l’école(1900).

Péguy, L’Argent(1913).

Guilloux, Le Sang noir(1935).

J. Ferry, Lettre aux instituteurs(1883).

Bergson, Le bon sens et les études classiques(1895).

Dewey, Mon Credo pédagogique(1897) ; L’éducation au point de vue social(1913).

Durkheim, L’éducation morale ([1903] 1925) ; L’évolution pédagogique en France (pub. 1938).

Alain, Propos sur l’éducation (1932).

Freinet, Œuvres pédagogiques [extraits] (1994).

Beauvoir, Le Deuxième sexe(1949).

Arendt, La crise de la culture(1961).

2/ Expressions de la sensibilité

Rousseau, La Nouvelle Héloïse(1761) ; Les Rêveries du promeneur solitaire(1782).

Goethe, Les Souffrances du jeune Werther(1774) ; Les années d’apprentissage de Wilhelm Meister(1795).

Kant, Observations sur le sentiment du beau et du sublime(1764).

Schiller, Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme(1795).

Hegel, Cours d’esthétique [extraits] ([1818-1829]).

Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation [extraits] (1819-1859).

Ravaisson, De l’habitude(1838).

Emerson, La Nature(1836) ; La Confiance en soi(1841).

Ruskin, Les Pierres de Venise(1853).

Taine, De l’intelligence(1870) ; Philosophie de l'art(1881).

Nietzsche, La Naissance de la tragédie(1871).

Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience(1889) ; L’Énergie spirituelle(1919).

James, Précis de psychologie(1892) ; Les formes multiples de l’expérience religieuse(1902).

Husserl, L’Idée de la phénoménologie(1907) ;

Scheler, Nature et formes de la sympathie(1913) ; L’Homme du ressentiment(1919).

Chateaubriand, René(1802).

Madame de Staël, Corinne ou l’Italie (1807).

Austen, Raison et sentiments(1811).

Constant, Adolphe(1816).

Lamartine, Méditations poétiques(1820).

Journaux de Maine de Brian(1827), Berlioz(1870), Amiel(1882), Joubert(1838) [extraits].

Hugo, Les Chants du crépuscule(1835) ; Les Contemplations(1856).

Musset, Confession d’un enfant du siècle(1836).

Balzac, Le Lys dans la vallée(1836).

Stendhal, La Chartreuse de Parme(1839).

Kierkegaard, Le Journal du séducteur (1843).

Nerval, Sylvie(1853) ; Les Chimères(1854).

Thoreau, Walden ou la vie dans les bois(1854).

Fromentin, Dominique (1863) ; Les Maîtres d’autrefois(1876).

Baudelaire, Le Spleen de Paris (1869) ; Le Peintre de la vie moderne (1863-1869).

Flaubert, L’Éducation sentimentale(1869).

Maupassant, Une vie (1883).

Huysmans, À Rebours(1884).

Proust, À la recherche du temps perdu(1927).

Woolf, Les Vagues(1931).

Sartre, La Nausée(1938).

Camus, Noces(1938).

Kandinsky, Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier (1911).

Proust, «Sur le style de Flaubert » (1920).

Focillon, Vie des formes(1934).

Bachelard, Psychanalyse du feu(1938).

Benjamin, Baudelaire [1940].

Wittgenstein, Recherches philosophiques(1953) ; Le Cahier bleu (1958).

3/ Les métamorphoses du moi

Rousseau, Confessions(1782) ; Les Rêveries du promeneur solitaire(1782).

Stendhal, Souvenirs d’égotisme [1832] ; Vie de Henry Brulard [1836].

Musset, Lorenzaccio (1834) ; Les Nuits(1837).

Charlotte Brontë, Jane Eyre, 1847.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe(1849) [«Récapitulation de ma vie»].

Dostoïevski, Les Carnets du sous-sol (1864).

Baudelaire, Fusées ([1855-1862] 1897) ; Mon cœur mis à nu ([1863-1867] 1887).

Dickinson, Lettres et poèmes (pub. 1955).

Rimbaud, Lettres du voyant(1871).

Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques(1874).

Maupassant, Le Horla(1887).

Stevenson, L’étrange cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde(1886).

Thérèse de Lisieux, Histoire d’une âme(1898).

Hegel, Phénoménologie de l’esprit(1807).

Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation (1819-1859) [extraits].

Stirner, L’Unique et sa propriété(1844).

Nietzsche, Le Gai savoir(1882) ; Par-delà le bien et le mal(1885).

Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience(1889) ; L’Énergie spirituelle (1919).

Ribot, La psychologie des sentiments(1896).

Freud, Essais de psychanalyse (1915-1923) ; Malaise dans la civilisation(1929).

Sartre, La transcendance de l’ego(1938) ; L’être et le néant(1943) [La mauvaise foi].

Gide, L’immoraliste(1902).

Proust, Le Côté de Guermantes(1920).

Kafka, Le Procès (1925) ; Amerikan(1927).

T. Mann, La Montagne magique(1924).

Pirandello, Six personnages en quête d’auteur(1921) ; Un, personne et cent mille(1926).

Svevo, La conscience de Zeno(1923).

Pessoa, Le livre de l’intranquillité(1982).

Leiris, L’âge d’homme(1939).

Zweig, La peur(1920).

Sartre, Huis clos(1944).

B. L’HUMANITÉ EN QUESTION

1/ Création, continuités, ruptures

Apollinaire, Alcools(1913) ; L’Esprit nouveau et les poètes, (1917).

Cendrars, «La Prose du Transsibérien» (1919) dans Du monde entier.

Marinetti, Manifeste du futurisme(1908).

Breton, Manifeste du surréalisme(1924).

Artaud, Le théâtre et son double(1938).

Sarraute, L’Ère du soupçon(1956).

Ionesco, «Discours sur l’avant-garde», dans Notes et contre-notes(1962).

Robbe-Grillet, Pour un Nouveau roman(1963).

Jarry, Ubu roi(1896).

Breton et Soupault, Champs magnétiques(1920).

Breton, Nadja(1928).

Woolf, Mrs Dalloway(1925).

Éluard, Capitale de la douleur(1926).

Dos Passos, Manhattan Transfer(1926).

Michaux, Qui je fus(1927).

Césaire, Cahier du retour au pays natal(1947).

Senghor, Éthiopiques(1956).

Yourcenar, Mémoires d’Hadrien(1951).

Ionesco, La cantatrice chauve(1950).

Robbe-Grillet, Les Gommes(1953).

Queneau, Cent mille milliards de poèmes(1961).

Sarraute, Pour un oui ou pour un non(1982).

Butor, La Modification(1957).

Beckett, Fin de partie(1957).

Freud, L’Interprétation des rêves(1900).

Bergson, L’Évolution créatrice(1907).

Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus(1922).

Heidegger, Être et temps(1927).

Carnap, Le dépassement de la métaphysique par l’analyse logique du langage (1932).

Husserl, La crise de l’humanité européenne et la philosophie(1935).

Alquié, Philosophie du surréalisme(1955).

Deleuze, Logique du sens(1969).

Foucault, «Qu’est-ce qu’un auteur?»(1969), dans Dits et écrits.

2/ Histoire et violence

Kant, Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique (1784).

Hegel, La Philosophie de l’histoire(1837).

Proudhon, La Guerre et la paix(1861).

Engels, Le rôle de la violence dans l’histoire(1887).

Weber, Le Savant et le Politique(1919).

Alain, Mars ou la guerre jugée(1921).

Weil, L’Iliade ou le poème de la force(1940).

Arendt, Les origines du totalitarisme(1961) ; «Sur la violence» (1970), in Du mensonge à la violence.

Aron, Paix et guerre entre les nations(1962).

Lefort, Un Homme en trop. Réflexions sur L’archipel du goulag (1976).

Conrad, Au cœur des ténèbres(1899).

Martin du Gard, Les Thibault (1922-1940) : L’Été 1914(1936).

Remarque, À l’ouest, rien de nouveau(1929).

Hemingway, L’adieu aux armes(1929).

Giono, Le Grand troupeau(1931).

Faulkner, Le Bruit et la Fureur(1931).

Céline, Voyage au bout de la nuit(1932).

Malraux, La Condition humaine(1933) ; L’Espoir(1937).

Giraudoux, La Guerre de Troie n’aura pas lieu(1935).

Mitchell, Autant en emporte le vent(1936).

Romains, Verdun(1938).

Nizan, La Conspiration(1938).

McCullers, Le cœur est un chasseur solitaire(1940).

Camus, La Peste(1947) ; L’Homme révolté(1951).

Sartre, Les Mains sales(1948).

Antelme, L’espèce humaine(1947).

Klemperer, LTI, La langue du Troisième Reich(1947).

D Lessing, Vaincue par la brousse(1950) ; Les enfants de la violence (1952-1989).

Pasternak, Docteur Jivago(1957).

Crossman, Vie et destin(1962).

Calao, Récits de la Kolyma(1966).

Gary, Chien blanc(1970).

Tournier, Le roi des aulnes(1970).

Mandelstam, Contre tout espoir(1972).

Soljenitsyne, L’Archipel du Goulag(1973).

Morante, La Storia(1974).

Levi, Le Système périodique(1975).

Perec, W ou le souvenir d’enfance(1974).

Semprun, L’écriture ou la vie(1996).

Éluard, «La Victoire de Guernica» (1938) dans Cours naturel ; Poésie et vérité(1942).

3/ L’humain et ses limites

Valéry, «Le cimetière marin» (1920), dans Charmes.

Ponge, Le Parti pris des choses(1942).

Bonnefoy, Les Planches courbes(1988).

Cassirer, Essai sur l’homme (1944).

Adorno et Horkheimer, Dialectique de la raison(1944).

Heidegger, La question de la technique(1954), dans Essais et conférences.

Lévi-Strauss, Tristes tropiques(1955).

Arendt, Condition de l’homme moderne(1958).

Simondon, Du mode d’existence des objets techniques(1958).

Levinas, Humanisme de l’autre homme(1972).

Jonas, Le Principe Responsabilité(1979).

Maldiney, Penser l’homme et la folie(1991).

Serres, Petite Poucette, 2012.

Ramuz, La grande peur dans la montagne(1926).

Huxley, Le Meilleur des mondes(1932).

Watsuji, Fûdo, le milieu humain(1935).

Saint-Exupéry, Terre des hommes(1939).

Barjavel, Ravage(1943) ; La nuit des temps(1968).

Borges, Fictions (1944).

Léopold, Almanach d’un comté des sables(1949).

Orwell, 1984 (1949).

Vercors, Les animaux dénaturés(1952).

Duras, Hiroshima mon amour(1960).

Asimov, Les Robots(1967).

Dick, Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (1968).

Koltès, Quai Ouest(1985).

Murdoch, Le Chevalier vert(1993).

* * *