Tragi-comédies et drames romantiques

   On peut découvrir des équivalents plus modernes (et mieux connus) de la tragi-comédie du 17e en lisant quelques drames romantiques comme :

* Hugo : Hernani, Ruy Blas, Lucrèce Borgia

* Dumas : Henri III et sa cour

* Musset : Lorenzaccio

* Vigny : Le More de Venise 

* Rostand : Cyrano de Bergerac 

* Claudel : Le Soulier de satin

* et d'autres...

   On peut se demander en quoi la dramaturgie dont relèvent ces pièces (thèmes et techniques) est à l'opposé de la dramaturgie classique et se rapproche de ce théâtre en liberté qu'illustrent les tragi-comédies du premier 17e siècle comme Tyr et Sidon (Jean de Schélandre, 1628), La Force du sang (Alexandre Hardy, 1625), Les Amours de Pyrame et Thisbé (Théophile de Viau, 1623), Sophonisbe (Jean Mairet, 1634), Le Véritable Saint Genest (1645) et, pourquoi pas, La Vie est un songe (de l'Espagnol Calderon, 1633).   

* * *

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×